mercredi 16 mai 2012

Une particularité espagnole

La saison 2011-2012 qui s'achève restera  historique pour  le football professionnel madrilène , représenté pour la première fois par quatre équipes en Première division. 
Le fan madrilène  de football pourrait  faire office de  très bon guide touristique de a capitale, l'été venu. Car si en Espagne tout ce qui a attrait au sport se vit passionnément,  Madrid  ne fait  pas  exception  à l a règle. Ainsi,  pour le seul football,  la ville compte  huit  centres névralgiques.  Autant  de  stades  que d'équipes en  Première division et  quatre  places publiques.

Lorsqu'une  équipe  remporte  un trophée  ou  un succès  probant, elle va communier avec ses  supporters  à  un  endroit  habituel,  identifié  au  club,  en  dehors  de  son stade. La tradition n'est pas ancienne, certains  livres d'Histoire  du  sport rapportent comme date fondatrice le 18 juin 1986.

Avant, on pouvait se baigner à la Cibeles. Ensuite, on a restreint l'accès à l'eau, pour  le réserver aux joueurs. Et un jour,  la mairie  a décidé  que  personne n'approcherait  plus la fontaine.  Heureusement, en 2007, lors  du  trentième titre de champion d'Espagne, le capitaine, a  eu  accès  à l a  déesse, via  un  échafaudage.  Il lui a mis une écharpe du Real autour du cou. Depuis, c'est une tradition qui s'ajoute à la tradition.




La Fontaine de la place de Neptuno pour l' Atlético de Madrid.



La Fontaine de la place Général Palacios (à Getafe), pour le Getafe F.C.. Les aficionados la considèrent  leur petite "cibelina."
Enfin, dans un quartier madrilène, la Place de l'Assemblée Nationale pour le Rayo Vayecano F.C.

Cependant, ce  n'est  pas  sans dégâts pour les monuments que les fanas du football fêtent les victoires de leurs équipes. 

Est-ce qu'il y a la même tradition chez vous? Racontez comment ça marche, le football, dans votre pays?

Source: lepetitjournal.com (15 mai 2012)
Enregistrer un commentaire