mardi 9 décembre 2014

Les mouches dans la Cour royale

Toute personne bien née, se devant, au XVIIIe siècle d'avoir la peau claire, la mouche (grain de beauté artificiel ) de taffetas ou de velours noir, appelée aussi tache avantageuse, se collait principalement sur le visage afin d'en rehausser la blancheur. Selon l'humeur du jour, les mouches sont en forme de lune, d'étoiles ou de fleurs.

Cette mode fait ainsi fureur du règne de Louis XIII à la Révolution (1789). Un langage galant naît alors à cette époque comme un code que tout le monde de la cour comprend.
Louis XIV fait de son règne une esthétique. Il danse fardé de rouge et de rose. Et les hommes l'imitent, en se mettant des mouches. Pas seulement donc pour les femmes.

Si l'usage des mouches est déjà connu au XVIIème siècle, c'est au XVIIIème siècle cependant qu'elles vont devenir les symboles de la parure et de la féminité. Ces différentes mouches portaient toutes des noms très suggestifs selon où elles étaient placées :


- Près de l'œil, elle se nomme assassine ou passionnée.

- Au coin de la bouche, c'est la baiseuse.

- Sous la lèvre, elle devient friponne ou coquette.
- Sur le nez, effrontée ou gaillarde.
- Sur le front, la majestueuse
- Sur la joue, c'est la galante.
- Sur une ride, dans le creux du sourire , elle est enjouée.
- Sur la poitrine, c'est la généreuse.
- Sur un bouton, la receleuse.
- Ou bien sur le menton,  la discrète 

Source:transenprovence.org, lexpress.fr
Enregistrer un commentaire