vendredi 8 janvier 2016

Des Français gèrent en Espagne l'une des plus grandes éco-fermes d'insectes en Europe

Des grillons, des vers de farine, des ténébrions, voilà les animaux que vous pourrez trouver chez Insagri, l'éco-ferme de Laetitia et Julien, installée à Malaga depuis 2012. Ces Français ont quitté leur vie parisienne pour le soleil d'Andalousie, afin de monter un projet original et engagé : créer une ferme écologique d'insectes à production semi-industrielle. 


Laetitia nous explique que dans sa ferme, elle élève des insectes destinés à la consommation animale et à la consommation humaine. La plus grande partie de la production est destinée à l'alimentation animale. Il s'agit de fabriquer de la farine d'insecte qui viendra substituer la farine de poisson, utilisée en Europe pour l'alimentation des animaux d'élevage. 

L'objectif que s'est fixé Insagri est d'être capable de fournir 3 tonnes de farine d'insectes par jour à l'horizon 2017. Pour l'alimentation animale, l'insecte utilisé est la mouche soldat noire, une mouche qui n'est pas porteuse de pathogènes, et n'a pas bactéries contrairement à la mouche domestique. 

Pour l'alimentation humaine, Laetitia nous explique "Pour la consommation humaine en Europe, deux espèces sont essentiellement utilisées : les grillons et les ténébrions meunier (vers à farine). Nos clients sont des acteurs du marché de l'alimentation, sportive ou infantile… Ils vont intégrer la farine d'insecte dans leur processus de production et vont rendre les insectes invisibles à l'œil nu dans le produit fini, comme par exemple des barres céréalières protéinées, des pates fraiches, ou des bonbons". "La demande pour la consommation humaine est très forte en Europe. Nous vendons nos insectes en poudre, mais nous pouvons aussi les vendre entiers déshydratés, avec des dates de conservation de 6 à 12 mois !"

un grillon





des vers de farine




un ténébrion
 

Pour Laetitia, la consommation d'insectes est une solution alternative à la faim dans le monde, car elle pourrait apporter facilement des protéines saines aux personnes en malnutrition. Mais il n'y a pas que dans le tiers monde que cela peut être bénéfique : en occident la consommation d'insectes pourrait aider également à lutter contre l'obésité, dont 11% de la population souffre en France et 13% en Espagne. La protéine des insectes se rapprocherait de celle du bœuf en termes de qualité.

Mais que dit la législation de la consommation de ces petites bêtes ? Et bien il n'y a pas de législation définie sur le sujet, les insectes ne figurent pas sur les listes européennes des aliments autorisés. C'est en cours d'étude mais il existe pour le moment trois cas de figure en Europe, faute de cadre légal communautaire bien défini :
  
-  Les pays qui considèrent que les insectes se consomment depuis 2000 ans, qu'il y a 2 milliards de personnes qui en consomment quotidiennement, donc que l'aliment n'est pas nouveau et autorisé à la consommation. C'est le cas de la Belgique et des Pays-bas.
- Les pays qui considèrent que ces aliments ne sont ni interdits ni autorisés puisqu'ils ne figurent pas sur la liste européenne. Ils sont donc tolérés, malgré le vide juridique. C'est le cas de la France, de l'Allemagne et de l'Italie par exemple.
- Les pays qui attendent le feu vert de l'UE pour autoriser l'aliment, c'est le cas de l'Espagne et du Luxembourg.

Insectes frits vendus sur un
étal à 
Bangkok en Thaïlande.
Source: lepetitjournal.com

La question qui se pose est: serons-nous tous des mangeurs d’insectes en 2030 ? Il ne faut pas de quoi s'étonner: Les Asiatiques et Africains en raffolent.





Qu'est-ce que vous pensez de ces nouveaux aliments? Seriez-vous capables de vous y habituer tenant compte de ce tout ce que vous avez lu? 

Pour vous actualiser, vous pouvez visiter le site http://www.insectescomestibles.fr/es/ 

Enregistrer un commentaire