lundi 16 octobre 2017

L'euthanasie active, un sujet de débat

Anne Bert, qui souffre d'une maladie dégénérative incurable, défend dans un récit intime la liberté de "choisir sa fin de vie" face à l'interdiction de l'euthanasie en France, quelques jours avant sa mort programmée dans un hôpital belge.

L'écrivaine de 59 ans, qui avait déjà interpellé les candidats à la présidentielle en janvier, tente une dernière fois de faire évoluer les mentalités avec son livre "Le tout dernier été", blâmant les "conservateurs qui affirment que la vie doit être vécue jusqu'au bout de l'enfer".

Aucun traitement curatif n'existe pour son affection, diagnostiquée en octobre 2015.
La loi française autorise depuis 2016 la "sédation profonde et continue" jusqu'au décès, une administration de substances anti-douleur qui s'apparente à un droit à être endormi sans être réveillé.
Mais elle s'applique uniquement aux malades déjà en phase terminale et n'autorise pas l'euthanasie active, c'est-à-dire l'administration d'un produit provoquant directement la mort.
Anne Bert a choisi de mourir en Belgique où l'euthanasie active est autorisée depuis 2002 pour les patients souffrant d'un mal incurable et qui ont formulé leur demande "de manière volontaire, réfléchie et répétée". 
Elle regrette toutefois cet exil, comme celui d'autres malades français, qui se rendent en Belgique ou en Suisse, forcés à "partir à un moment de notre vie où on est forcément vulnérable émotionnellement".
Source: linternaute.com (septiembre 2017)

Questions:
  1. Quel est le sujet de l'article?
  2. Quelles sont les deux positions s'opposant dans le débat?
  3. Quelle a été la décision prise par Anne Bert?
  4. Qu'en pensez-vous?
  5. Êtes-vous pour ou contre l'euthanasie active? Raisonnez votre réponse.
Pour Vérifier vos réponses cliquez sur Commentaire.

1 commentaire:

Macarena del Barrio a dit…

1) L'euthanasie active
2) Le droit de choisir sa fin de vie par l'administration d'un produit provoquant directement la mort (l'euthanasie active) et le prolongement de la vie sans souffrance jusqu'à la mort naturelle (la sédation).
3) Elle a choisi l'euthanasie active en Belgique. Souffrant d'une maladie dégénérative incurable, elle a décidé de ne pas attendre sa mort naturelle.
4) et 5) Réponse libre