mercredi 7 octobre 2009

Le travail dominicale





La loi française permettra dorénavant aux salariés qui le souhaitent de ne pas observer le repos dominical. Elle aura un champ d’action limité puisque seules cinq cents zones touristiques et trois agglomérations (Paris, Marseille et Lille) sont concernées. L’opposition craint que cette loi ne soit qu’une étape vers la généralisation du travail le dimanche.
Aucune contrepartie, sous la forme de majorations de salaire ou de repos compensateur, n’est donc prévue pour leurs salariés.

En Irlande, il s’agit souvent d’un accord entre l’employé et l’employeur. Cela se traduit généralement par une augmentation de salaire, une prime ou des journées de récupération ou une combinaison de ces trois variables.

Pour deux millions d'Italiens, travailler le dimanche se traduit en une augmentation de 30% du salaire. Pour certains, le dimanche est un surplus d'activité par rapport à une semaine déjà longue, pour d'autres il s'agit du seul jour de travail de la semaine, pour d'autres encore il s'agit surtout d'un plaisir et d'une source d'orgueil.

Au Brésil , 50% des Brésiliens sont pour l´ouverture des commerces le dimanche, 41% sont contre et 9% n´ont pas d´avis. Quant aux consommateurs, ils ne semblent pas mécontents de cette loi puisque 69% d´entre eux préfèrent faire leurs achats le dimanche. Les résultats des supermarchés le prouvent également car ils font 38% de leur chiffre d´affaire le week-end, dont 12% le dimanche. Deux options s'offrent aux employés : un dimanche travaillé pour un dimanche au repos ou bien deux dimanches travaillés pour un dimanche au repos, la première option étant la plus souvent adoptée. Les dimanches travaillés sont payés en double.

Et en Espagne? Les gens qui travaillent le dimanche ont l'option d'avoir un jour de la semaine de repos (parfois plus) ou bien une augmentation du salaire. Mais ça c'est toujours comme ça?

Enregistrer un commentaire