lundi 7 février 2011

Tricher ou pas tricher, voilà la question!

Une étude constate que 70.5% des élèves admettent avoir déjà triché lors de leur scolarité. Les garçons plus que les filles. Les scientifiques plus que les littéraires.

Si la triche est faible chez les écoliers (4.7%), c'est surtout au collège que certains élèves se mettent à frauder. Ils sont 48.3% à avoir céder à la tentation à ce stade de leurs études, un peu moins à continuer au lycée (35.6%) et à la fac (11.4%). Il est à noter aussi qu'il y a plus de tricheurs que de tricheuses : 35% des filles disent n’avoir jamais triché au cours de leurs études universitaires contre 24,9% des garçons.

La triche est perçue par une majorité comme un "moyen complémentaire de réussite". L'objectif pour 74.6% des fraudeurs est d'avoir une meilleure note. Les jeunes font bien sûr un bon travail d'ingéniosité, (plus de 60 techniques de fraude ont pu être relevées), mais ont aussi les idées larges: pour 54% des étudiants interrogés, "demander ou donner la réponse à un autre étudiant" ne constitue pas une fraude.

Les surveillants et examinateurs auront sans doute pu noter que la technique des petites notes cachées dans la trousse était un peu dépassée. Les jeunes aujourd'hui ne trichent pas comme trichaient leurs parents, avec quelques bouts de papier illisibles dont la seule réalisation avait demandé tant de concentration qu’elle avait suffi à leur auteur à mémoriser le cours.

Tricher est différent avec les progrès de l'électronique et de la miniaturisation. Les téléphones portables, en principe interdits, mais facile à cacher, peuvent maintenant contenir les cours. Mais plus sophistiqué, il y a les lunettes équipées d'écouteurs, montres-récepteurs de messages : les candidats à la triche ont à leur disposition une large palette d'antisèches technologiques.

Le fait qu’il faille certaines connaissances précises pour pouvoir prétendre être un professionnel digne de ce nom semble échapper totalement à une proportion non négligeable d’entre ces jeunes. Seul le diplôme compte, son contenu non. La pudeur et la honte ont été depuis longtemps éradiquées de nos comportements sociaux.

Source: lefigaro.fr, lepetitjournal.com

REPONDEZ AUX QUESTIONS:

Où est-ce qu'on triche le plus?

Qui triche davantage?

Quel est l'objectif de la triche?

Quelles sont les façons de tricher que vous connaissez?

Êtes-vous d'accord avec l''avis de l'auteur du texte sur " tricher à la fac "?
..
Enregistrer un commentaire