mercredi 18 mai 2011

Un nouveau mai 68?


Environ un millier de manifestants se sont rassemblés hier soir dans le centre de Madrid, répondant à des appels lancés sur les réseaux sociaux, pour réclamer des réformes politiques et sociales alors que l'Espagne continue à subir les effets de la crise.

Portant des pancartes avec les mots "que les coupables paient pour la crise", " ZP nous décoit et nous réprime", "ça Suffit!" ou criant "ils appellent cela démocratie, mais cela ne l'est pas", "les politiques ne nous représentent pas", "la télévision est manipulée" et " moins de police, plus d'enseignement", les manifestants entendent poursuivre leur mouvement, qui touche plusieurs autres villes d'Espagne, jusqu'aux élections régionales et municipales du 22 mai.


Répondant à l'appel du collectif Democracia Real Ya (Une vraie démocratie maintenant) ou de mouvements de jeunes, ils se sont rassemblés hier soir à la Puerta del Sol, au coeur de la capitale espagnole, autour de revendications multiples dénonçant pêle-mêle le système politique, la corruption ou réclamant plus de justice sociale.



Hier, le manifestants ont été délogés par la police nationale. Aujourd'hui, des milliers de personnes s'y sont encore ressemblées. Le malaise des citoyens espagnols, en général, semble sortir dans les rues finalement.


Alors que le chômage en Espagne dépasse les 20%, un record dans les pays industrialisés, ce chiffre atteignait en février 44,6% chez les moins de 25 ans, soit plus du double de la moyenne nationale.



Sources: lefigaro.fr (17 mai 2011), noticias.es.msn.com (18 mai 2011)

Enregistrer un commentaire