mercredi 22 mars 2017

Le mal du XXIème siècle: les maladies liées au portable

Peut-on devenir accro à son téléphone portable ? Aujourd’hui, tout le monde ou presque possède un mobile. Être incapable de s’en séparer, paniquer à l’idée de le perdre, la nomophobie est une crainte qui touche essentiellement les jeunes.

Toujours plus connectés sur les réseaux sociaux, un monde sans téléphone portable paraît difficile à imaginer, tant ce petit appareil a envahi nos vies. Ce terme singulier, la nomophobie, contraction de « no mobile phobia » désigne la peur excessive d’être séparé de son portable. 

Dans un pays comme la France où le taux d’habitant équipé d’un mobile atteint 90% et 75 millions de cartes SIM en service – soit bien plus que la population française – il n’est pas étonnant de constater que les gens sont accros à leur portable:
  • 78% des moins de 25 ans se considèrent comme « dépendants » de leur mobile.
  • 57% des moins de 25 ans ont besoin de consulter leur portable au moins une fois par heure
  • 25% d’entre eux sont « énervés », 18% « paniqués » et 13% « stressés » à l’idée de perdre leur portable.
Au Royaume-Uni, la proportion de nomophobes chez les jeunes de 18-24 ans atteint 76%.
Une étude révèle que les Espagnols sont les Européens qui présentent la plus forte addiction au mobile, puisqu'ils sont près d'un quart (21%) à paniquer à l'idée de perdre leur téléphone portable, contre seulement 9% des Britanniques et 18% des Français.

Un phénomène qui s’est amplifié avec l’apparition des Smartphones et des forfaits illimités. En plus de permettre de communiquer à toute heure du jour et de la nuit, le Smartphone permet aussi d’écouter de la musique, prendre des photos, des vidéos, immédiatement postées sur les réseaux sociaux, avoir accès à internet, connaître les bons restaurants près de chez soi ou réserver un hôtel. Il n’y a plus d’imprévu, le portable sert à rassurer, à tout vérifier, à prendre le contrôler sur son environnement.

En France, une unité à Lyon est même spécialisée dans cette pathologie, le centre de traitement du stress et de l'anxiété. 

Le phubbing est un terme qui désigne le fait qu'une personne ignore totalement son entourage en consultant son téléphone au lieu d'échanger avec les autres. C'est probablement la dérive de l'utilisation du smartphone qui a le plus de conséquences sur la vie sociale et les liens avec les autres. 

Le syndrome des vibrations fantômes, également appelé vibranxiety ou ringxiety, est  une étrange réaction vécue par des personnes qui ont presque tout le temps l'impression que leur téléphone vibre ou sonne même lorsque ce n'est pas le cas, ce qui les pousse à consulter leurs écrans très fréquemment. 



Apparue plus récemment, la selfite correspond aux personnes qui ont le désir obsessionnel et compulsif de prendre des photos d'elles-même et de les poster sur les réseaux sociaux. Ce comportement a récemment été référencé comme un trouble mental par l'association américaine de psychiatrie, dont les analystes considèrent que ces agissements narcissiques cachent un manque d'estime de soi ou un manque affectif. 


Source: terrafemina.com, lepetitjournal.com


Lisez le texte et répondez aux questions:

  1. Comment peut-on identifier la nomophobie?
  2. Êtes-vous nomophobe?
  3. Quels sont les autres maladies liées à l'usage du portable?
  4. À votre avis, est-ce qu'on peut considérer le portable comme une nouvelle drogue?
Enregistrer un commentaire