jeudi 12 février 2015

Carnaval de Paris, histoire, origine : la promenade du Boeuf Gras

Longtemps cette promenade attira le tout Paris, pour disparaître par la suite. La promenade du Boeuf Gras de Paris revint à nous en 1998, à l'initiative de l'Association Droit à la Culture.

Quelle est la relation entre le Carnaval et le Boeuf Gras?

La fête du boeuf gras s'appelait "promenade du boeuf villé", "violé" ou "viellé", certainement parce que cette procession se faisait au son des violes, violons ou des vielles. 

A Paris, le boeuf était choisi par une commission comprenant l'inspecteur général des halles et des marchés, quatre principaux inspecteurs, deux facteurs et deux bouchers.
Au XIXe siècle, le Boeuf Gras chantait, on retrouve plusieurs complaintes, notamment celle de 1859, dont voici le premier couplet: «Je suis un malheureux boeuf, Et ma fin sera terrible, Bien qu'on me fête aujourd'hui, J'éprouve bien de l'ennui... ».
Dans les anciens programmes, on retrouve l'itinéraire de la cavalcade, le nom des boeufs et leur histoire retracée depuis leur enfance et l'histoire de Carnaval. Il fut une époque (1845/1855), où le boeuf gras se rapprocha de la littérature, on les nomma entre autres, le père Goriot, Dagobert, Monte Christo, Porthos...
Par la suite, on y rajouta les complaintes des Boeufs Gras. Cette cavalcade, où l'on promenait en grande pompe le boeuf, avait lieu le jeudi Gras à Paris.
Dès le Moyen-Age, la corporation des bouchers conduisait au Roi et ses premiers magistrats le plus gros boeuf de France pour Carnaval.  L'origine de Carnaval supposée païenne explique ainsi la présence du Boeuf Gras pour Carnaval: la procession du Boeuf Gras, considérée comme une mascarade, serait une imitation de la fête de printemps d'Apic (Egypte), une fête qui fut ensuite reprises par les Grecs.
D'autres écrits font penser que le Boeuf-Gras représente le Carnaval, les jours gras où l'on mange la chair. Le boeuf était tué la veille du mercredi des Cendres signant ainsi la fin des jours-gras et le Carême à venir. 
En 1739, une procession mémorable eut lieu, le taureau habillé en boeuf gaulois, était surmonté d'un enfant tenant en ses mains spectres et épée. Ce dernier était appelé le roi des bouchers. Le cortège comportait quinze garçons bouchers habillés de blanc et de rouge.
Voici l'histoire du Boeuf Gras, consacré durant l'Antiquité, mais livré au même sort, celui des bouchers, contre celui des prêtres. 
La promenade du Boeuf Gras fut plusieurs fois interrompue, notamment pendant la Révolution, ce fut Napoléon qui rétablit par ordonnance le Carnaval et le Boeuf-Gras. Cette procession fut à nouveau suspendue dans le courant du XIXe siècle, pour revenir à nous dès 1998.
Source: suite101.fr
Enregistrer un commentaire